apprendre l' italien en ligne - cours d' italien - gratuit
anglais-online.de
allemand-online.de
espagnol-online.de
Contenu |
 
biographie: Luigi Pirandello
  Luigi Pirandello

Luigi Pirandello naquit le 28 juin 1867 dans quartier de Agrigento avec le nom ingenieux Caos (sic!). Agrigento est situé dans la côte sud de la Sicile. On peut y visiter aussi sa maison natale.

Sa dernière volonté, Pirandello mourut le 10 dicembre 1936, être enterré dans sa ville natale, fut realisé seulement en 1961. Depuis alors on peut visiter aussi sa tombe à Agrigento, ensemble avec une médiatheque avec des documents de la vie de Pirandello. La mère Caterina Ricci Grammito aussi bien que le père provenaient des familles aisées et en contre des Bourbons (voir commentaire "Cronache a memoria", le royaume de deux Sicile, Ferdinand II était un Bourbon, avait été integré en Italie sous la maison de Savoyen, mais il y a avait encore des mouvement en faveur des Bourbons). Les bourbons étaient une ligne collatérale des bourbons espagnol. Avec l' unification de l' Italie sous Garibaldi, cette épisode est mentionnée dans le romans, termine le royaume des Bourbons en Italie. Le père de Pirandello participait activement dans le "Risorgimento" mené par Garibaldi, soit dit dans l' unification de l' Italie. La famille de la mère avait été exilé par les Bourbons à Malta quand elle avait treize ans. En 1880 la famille se traslada à Palermo. À Palermo Pirandello commence à étudier droit et philologie romaine. En 1887 il va a Rome pour continuer ses études de philologie romaine. En 1891 il se produit un conflit avec un professeur de l' université, un certain Onorato Occioni, Pirandello avait corrigé en publique un erreur de traduction de celui-ci et pour éviter des conflits Pirandello va à Bonn, où il termine ses études avec une thèse de doctorat sur le dialect à Agrigento. Trois ans plus tard, en 1894, il se marie avec Antonietta Portulana. En 1897 il devient professeur à l' université. En 1903 la mine de soufre de son père fut inondée, ce qui signifia la ruine financière de la famille. La même année sa femme Antonietta s' enferma d' une psychose ce qui rendait nécesaire sa hospitalisation. Dans la première guerre mondial son fils devient prisonnier des Autrichiens. En 1924 il fonda avec l' aide de l' Italie fasciste un théâtre qui pourtant n' avait pas de succès commercial. Dans les années 1924 à 1928 il fit un tour par l' Europe et Amérique du Sud. En 1934 il reçut le prix nobel de littérature.

D' un point de vue de langage le roman est assez exigeant, il faut le lire plusieurs fois avec la traduction à côté, avant de l' écouter. Celui qui le comprend alors, parle très bien l' italien. En ce qui concerne sa valeur littéraire il est plutôt ennuyant et n' appartient sûrement pas aux romans préférés de l' auteur de ces lignes. Ce que Pirandello nous veut dire avec ce roman n' est pas trés claire, au mieux dire, il pose les problèmes d' une façon triviale. Nous lisons partout que le roman traite le sujet de l' identité, l' incapacité du protagoniste d' influencer les événements et l' incapacité de la raison humaine d' arriver à conclusions certaines. Tous cela peut être vrai, mais l' auteur de ces lignes connaît plus au moins cent romans qui traitent ces problèmes de manière plus approfondie. On pourrait même le dire de manière plus claire. La perte d' identité du protagoniste, Mattia Pascale, du roman est discuté seulement sous des aspects formels, puisqu' il ne peut pas se marier, il ne peut dénoncer quelqu' un, il ne peut pas louer un appartement etc... La présentacion de la "crise d' identité" est pour autant assez triviale. Pour un roman policier ou d' espionage cela aurait suffit, mais pour décrire une situation existencielle de l' homme la présentation est assez triviale. Aucune de ces questions en rélation avec l' identité se discute dans cet œuvre, pas cette fameuse écrite au dessus de l' oracle de Delphi, "connais-toi toi-même" à laquelle Proust a donné une réponse ou à cette autre, également fameuse, si un homme sans qualité consiste des qualités sans homme, formulé par Robert Musil ou d' autres "questions existentielles" sont plantées par ce roman. Si bien possible qu' on sait peut sur le future, mais en ce qui concerne Mattia Pascale on aurait pu prognosticer le future s' il n' était pas été tellement stupide. C' est bien possible aussi que les capacités de la raison humaine sont limitée, mais on n' avancera pas en présentant quelque trivialité.

Soit comme il soit et quoique le roman ne soit pas intéréssant au niveau littéraire, il sert à apprendre l' italien et si quelqu' un le trouve interessant, encore mieux.